mardi 29 janvier 2013

Obaluayê!


Un disque incroyable. Le pont entre le golfe de Guinée et le Brésil. Trouvé sur l'extraordinaire, le mirifique blog oro, le blog le plus complet qu'on puisse imaginer sur les musiques béninoises (en français qui plus est) et qui ne dédaigne pas quelques excursions dans les pays circonvoisins ou même de l'autre côté de l'Atlantique quand la parenté est palpable. Mais laissons lui la parole :

"Cet orchestre est né en 1942, il a enregistré seulement deux albums en 1958, puis en 1968. En 30 ans de carrière, cet orchestre n'a joué que 100 concerts. Le premier album préfigure toute la musique moderne Brésilienne mais surtout toute sa Négritude. Son leader charismatique était Abigail Moura est le premier artiste a puiser dans les rituels Macumba des rythmes ou des instruments dont voici la liste:
Agôgô, Adêjà, Urucongo, Afoxê, Canza, Atabaques, Angona-Puita.
Abigail Moura n'était pas initié mais il procédait à des rituels Macumba ou Candomble avant chaque concert. De sa musique ressort un mélange extraordinaire de chants rituels, de rythmes africains, de jazz, de brass band et plus encore. Ce disque extrêmement rare fait parti des plus grandes richesses du Brésil."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire