dimanche 6 juin 2021

Doux, délicieux, méconnu : Tudor Lodge (1971)

 

Le groupe eut une brève existence. A peine le temps d'enregistrer un album merveilleux à l'orée des années soixante-dix avant de jeter l'éponge épuisé par les tournées. Il y eut ensuite des reformations mais c'est de ce disque aérien enregistré en deux semaines au mois de février 1971 qu'il s'agit de faire l'apologie. Le trio est composé des guitaristes Lyndon et John Stannard et d'Ann Steuart qui joue du piano ou de la flute. Pour l'album, il s'est adjoint une section rythmique de luxe avec Danny Thompson et Terry Cox qui propulsent leurs harmonies vocales enchantées avec une sûreté absolue. Le résultat est un des albums folk les plus mélodiques que l'on puisse connaître. Rien ne pèse ici. Tout est comme suspendu, en apesanteur, hors du temps. La cellule vous transmet ses sentiments les meilleurs avec la Face A de ce chef d’œuvre passablement méconnu, quintessence de bienveillance joyeuse.

Tudor Lodge - Tudor Lodge (f ace A)



samedi 22 mai 2021

Euphorisant comme un twist à l'orgue Calliope - "Some People" de Carol Deene (1962)

 

1962, Carol Deene a 18 ans et elle est au sommet de sa météorique carrière. A peine le temps de nous livrer un petit condensé d'euphorie avec "Some People", un twist rythmé au son de l'orgue Calliope et pfuit... l'heure des succès s'est enfuit. Sic transit gloria mundi.

Carol Deene "Some People" (1962)

 


 


samedi 15 mai 2021

François Bayrou Highlife : divagations glottophobophilosophiques...

 

    Parmi les milles et unes polémiques dérisoires qui innervent désormais à flux tendu le débat public de notre beau pays, il y eut il y a quelques mois - vous en souvenez-vous encore? - l'épisode de la glottophobie. Les cibles de cette nouvelle phobie passée quasi inaperçue jusque-là auraient été essentiellement les personnages publics originaires du sud-ouest (et du néo-centrisme à tendances autoritaires, mais y a-t-il un lien?), que ce soit Jean-Michel Apathie ou Jean Castex, voire François Bayrou. Cela satisfaisait deux des penchants les plus affirmés de l'époque : la mise en avant de la phobie (de tous les phobiques et de toutes les phobies, soyons inclusifs) comme moteur principal de l'histoire et la revendication universelle de la condition de victime. Si Jean-Michel Apathie peut être considéré comme victime de discrimination, alors oui, c'est un grand pas en avant pour l'humanité car vraiment tout le monde peut revendiquer la chose. D'où libération de la parole maximale, cela va de soi, et ce d'autant plus que la glottophobie, venons-en à la définition, est cette forme de discrimination perverse et systémique visant les accents régionaux. Enfin régionaux cela paraissait aller de soi dans le contexte français, mais depuis l'émergence toute récente d'une parisianophobie repérée par les spécialistes les plus pointus de la phobie - appelons-les phobophilosophes - ne jurons plus de rien, cela peut toucher potentiellement tout le monde du moment où il ouvre la bouche, dernière condition requise. Universalisme maximal, là aussi donc. Voire même œcuménisme.

     Mais, à la Cellule, comme vous savez, on ne surfe pas vraiment sur l'actualité... Alors où voulez-vous en venir ? nous demanderez-vous. Et bien voici : v'la-t-y pas que l'accent de François Bayrou mais non pas en français, non - nous portons la chose au carré - celui qu'il utilise quand il parle anglais à sa sauce ; l'accent de François Bayrou, disions-nous, nous venons de le repérer dans quelques productions nigérianes particulièrement goûtues, ce qui nous a immanquablement amené à des considérations sur les relations entretenues (ou pas) par la cuisine linguistique des pidgins anglo-yorouba ou anglo-igbo et la sauce béarnaise, mais soyons sobre et ne remontons pas aux recettes du temps des Plantagenêts et contentons-nous d'ajouter que la trouvaille touchait aussi de près à notre grande marotte du plagiat par anticipation (car c'est indéniable ces Nigérians anticipaient sur les intonations qu'on aurait pu croire si spécifiques de François B.) si bien que nous n'avons pu nous empêcher de vous en toucher deux mots, et ce même si le sujet paraissait franchement glissant en ces temps de poly-susceptibilité exacerbée et conquérante. Dans ces conditions, il nous a aussi paru justifié de prendre quelques précautions oratoires pour bien rappeler le contexte (toujours rappeler le contexte!) et aussi affirmer haut et fort la pureté de nos intentions.

    Bref, les morceaux se trouvent sur une mirifique compilation intitulée Money No Be Sand (1960s Afro-lypso, Pidgin Highlife, Afro-Soul and Afro-Rock) avec pour commencer ce fort euphorisant :

Godwin Omobuwa & His Sound Makers - Look Look Look (1962)


On continue avec cette déclaration d'amour hétéroclite que des considérations chronologiques élémentaires interdisent malheureusement d'attribuer à notre cher haut-commissaire au Plan (mais vous aviez peut-être déjà oublié qu'il occupe cette éminente fonction. Et si pourtant!) :

Pepsi-Orlando & His Young Star Band - I Love You So (c. 1972)


Et terminons pas ce twist des bords du Golfe de Guinée qui ne pâlira certes pas de son lointain cousinage avec l'accent angliche de l'édile palois :

Clint Eph. Sebastian & The Junkers - Jane (c.1965)


 


vendredi 14 mai 2021

Rien de plus urgent que de découvrir le roi de la clarinette épirote, l'immense Tassos Chalkias

 

Anastasios, dit Tassos Chalkias (ou Halkias) (1914-1992) est le roi de la clarinette épirote. La comparaison avec des géants de la musique populaire comme Alice Coltrane ou Mulatu Astake qui accompagne la toute récente réédition du maître n'est pas galvaudée. C'est une grande chose que la musique de Tassos Chalkias! Dans le vaste océan inconnu (de nous) de ses productions, les fins connaisseurs de l'excellent label Radio Martiko viennent de faire réapparaître un ilot magnifique avec ses enregistrements réalisés en 1966-1967 pour un obscur label d'Athènes. C'est absolument sublime!

Écoutez donc, par exemple, cette dance d'Argyrokastro [sis de l'autre côté de la frontière en Albanie, si je ne m'abuse]

Tassos Chalkios - Argyrokastritikos Choros Syngathistos


 Ou cette danse de la mariée à faire frissonner

Tassos Chalkias - Dirminitsa


Euphorie pour terminer cette petite visite d'un disque magnifique :

Tassos Chalkias - Ta Goumara Ki Apidia


Le plus court et le plus sage est donc de filer immédiatement sur le site de Radio Martiko pour faire une emplette si nécessaire.

En bonus, un bout de concert captivant  de 1982 qu'on trouve sur la toile :

 


 



samedi 8 mai 2021

Un 45T parfait Willie West : Fairchild / I Sleep With The Blues (1970)

Un tour à La Nouvelle-Orléans aujourd'hui avec ce single de Willie West. Le chanteur rejoindra plus tard les Meters mais pour lors, nous sommes en 1970, ce sont les Meters qui viennent le soutenir le temps du petit 45. Allen Toussaint est aux manettes et il a écrit les deux morceaux. Sur la Face A, Fairchild grouve (tiens, pourquoi ne pas franciser?) avec pure classe.

Willie West "Fairchild" (1970)


 

Sur la face B, un blues dévoile l'autre facette du talent de Willie West.

Willie West "I Sleep With The Blues" (1970)

 




 

mercredi 21 avril 2021

Ma vie sans moi (15) : Crazy Horse (1972)

 

Grand classique de la dévastation qui s'incruste avec insistance entre mes oreilles ces jours-ci, "I don't Want To Talk About It" de Crazy Horse est un sommet vertigineux que je voulais partager avec vous.

Crazy Horse "I Don't Want To Talk About It" (1972)

 

PS : En guise d'illustration, un dessin de Amos Bad Heart Bull représentant Crazy Horse pendant la bataille de Little Bighorn