jeudi 31 janvier 2013

Liban, garage-rock et mini-jupes


ԱՐԱ, en alphabet arménien, ou Ara, en transcription latine, n'est certainement pas un chanteur très connu. C'est un Libanais de la communauté arménienne du pays et avant la guerre civile (vers 1968, je dirais), une mode féminine affolante lui a inspiré ce disque de garage déjanté vantant les mini-midi-mini-maxi-micro jupes. Il y a un peu de français et un peu d'anglais (ou de franglais) aussi dans son arménien, mais pas suffisamment pour que je vous en dise beaucoup plus, Pour un mini-mini-micro complément d'information, allez voir Radiodiffusion Internasionaal Annexe, un des blogs le plus incroyables, consacré à la face méconnue de la musiques pop en  Afrique et en Asie.



mardi 29 janvier 2013

Obaluayê!


Un disque incroyable. Le pont entre le golfe de Guinée et le Brésil. Trouvé sur l'extraordinaire, le mirifique blog oro, le blog le plus complet qu'on puisse imaginer sur les musiques béninoises (en français qui plus est) et qui ne dédaigne pas quelques excursions dans les pays circonvoisins ou même de l'autre côté de l'Atlantique quand la parenté est palpable. Mais laissons lui la parole :

"Cet orchestre est né en 1942, il a enregistré seulement deux albums en 1958, puis en 1968. En 30 ans de carrière, cet orchestre n'a joué que 100 concerts. Le premier album préfigure toute la musique moderne Brésilienne mais surtout toute sa Négritude. Son leader charismatique était Abigail Moura est le premier artiste a puiser dans les rituels Macumba des rythmes ou des instruments dont voici la liste:
Agôgô, Adêjà, Urucongo, Afoxê, Canza, Atabaques, Angona-Puita.
Abigail Moura n'était pas initié mais il procédait à des rituels Macumba ou Candomble avant chaque concert. De sa musique ressort un mélange extraordinaire de chants rituels, de rythmes africains, de jazz, de brass band et plus encore. Ce disque extrêmement rare fait parti des plus grandes richesses du Brésil."

dimanche 27 janvier 2013

Les sources de Boby Lapointe : Herb Remington

Boby Lapointe était un grand poète, c'est entendu, mais il avait aussi de l'oreille. Où avait-il attrapé "Herbie's Steel Guitar Polka" enregistré par le grand joueur de steel, en 1950, sous le nom curieux de Buster Martin's Bronco Busters? Aucune idée, mais vous n'aurez pas de mal à en trouver la trace dans "Moi, le philosophe et l'esthète" surtout si vous êtes nivernais, bien sûr.

mercredi 23 janvier 2013

Prophylaxie : Harold Burrage



La chanson d'accident, c'est un genre en soi. On y reviendra. Aujourd'hui, une des meilleures avec Harrold Burrage, pionnier de la soul de Chicago sur un morceau du maître Willie Dixon. Au feu rouge, tu t'arrêtes, d'accord?

 



vendredi 18 janvier 2013

Twist with the docteur : la dengue


C'est un affreux petit moustique qui vous collera cette fièvre-là. A moins que vous ne préfériez, les transes procurées par l'Orquestra Broadway, sur une idée de Perez Prado.


mardi 15 janvier 2013

Les classiques : La danse du sabre

Aujourd'hui on s'intéresse au plus grand hit arménien de tous les temps : La danse du sabre, composé par Aram Khatchatourian pour son ballet Gayaneh et bande son officielle de tous les numéros intrépides de cirque, patinage, jonglerie, etc.
Love Sculpture - Sabre Dance par fre99y Le power trio Love Scultpturevia Dangerous Minds

Le toujours fringant Liberace.

et Spike Jones dont la folie traverse la mauvaise qualité des images.

Prophylaxie : Marvin L. Sims


Et pour ouvrir cette nouvelle rubrique : une chanson géniale de deep soul, avec un lien pour savoir qui est cet excellent Marvin L. Sims.


samedi 12 janvier 2013

Plagiat par anticipation : Buzzcocks / Death

Mort! Mort et furie! Mort et damnation! ! Sang et mort! Ventremort! Mort du tonnerre! Mort de mon âme! Mort de mort! Mort de diable! Mort de Dieu! Par la mort d’œuf! Mort de Mahom! Mordedieu! Mort de ma vie! Mort de moi! Oui, j'ai sorti le Dictionnaire des jurons pour l'occasion.

Pour vous causer de Death, un groupe black de Detroit ayant eu l'idée très  isolée de se lancer dans le rock dur au milieu des 70's et de produire le premier morceau des Buzzcocks au bord des grands lacs plutôt qu'au nord de l'Angleterre. Plagiat par anticipation d'une pureté absolue, vu que Pete Shelley et les autres n'avaient eu strictement aucune chance de pouvoir écouter "Freakin' Out" sauf tout récemment. La demo enregistrée en 1974 n'est sortie qu'en 2009, avec l'album du groupe, congelé dans les archives de Columbia depuis 35 ans.

Mort de la sainte-mère du proto-punk! ça dépote.



jeudi 10 janvier 2013

Xylophone



Comme dirait Vince Taylor, le rock c'est ça! bravo jeune fille.

Le temps des démos


Dans la vague des rééditions qui réchauffent nos platines, il y a une vogue concernant les démos. C'est quelquefois sans intérêt particulier, mais quelquefois aussi c'est la pied de redécouvrir des chansons extraordinaires en déshabillé. Surtout si c'est leur compositeur qui s'y colle. Rien de mieux dans le genre que les démos d'Eddie Hinton, on en reparlera. Aujourd'hui, une version de "Pleasant Valley Sunday", le tube des Monkees par Carole King et la démo de "Run Of The Mill" qui figurera ensuite suite "All The Things Must Pass" de Georges Harrison, versions à l'os. De la délicatesse et du bonheur!



mercredi 9 janvier 2013

Polynésie


J'ai honte de le dire, mais ça ne fait pas si longtemps que ça que je connais Michaël Hurley. Oui, mais depuis je ne peux plus m'en passer. Presque cinquante ans qu'il fait des disques et qu'il dessine imperturbablement leurs pochettes. Les premiers, les derniers, tout est bon. Ses textes ont paru si bien que les excellentes éditions québécoises L'Oie de Cravan ont choisi de les publier (avec traduction) et ça vaut le coup.

Nick Tosches, définitif comme toujours : « Je ne sais que dire d'autre au sujet de ce qu'il chante et écrit sinon que c'est divinement génial. Quelle sorte de musique joue-t-il?? Diable, quelle sorte d'herbe le bon dieu fait-il pousser?? Je propose de simplement nous taire, d'écouter et d'aller rejoindre Michael Hurley. Après tout, nous pouvons toujours faire demi-tour et revenir. Pas lui »

Jusqu'en Polynésie (clin d’œil et dédicace à François P.) :




mardi 8 janvier 2013

Happy Boys Band of Ghana



Sur le blog Highlife Haven, plein de super musique ghanéenne et cette surprise : un morceau de highlife/psyché garage. Sans aucun doute le morceau du mois.


dimanche 6 janvier 2013

Plagiat par anticipation : Pulp / Soft Machine


1968, le Soft Machine sur son premier album. Robert Wyatt, impérial derrière ses futs choisit pour changer de ralentir le rythme, guitare et clavier se tiennent au garde à vous prêts à exploser au signal, pendant que Kevin Ayers récite, détaché, un texte troublant. Le calme, puis la tempête quand le girl group The Cake, recruté pour l'occasion, lance le refrain : "Pourquoi, pourquoi? Pourquoi est-on endormi?". C'est pop, expérimental, rebondissant, saisissant et, de toute évidence, c'est un plagiat éhonté de ce que fera Pulp, 20 ans plus tard : "My head is a nightclub with glasses and wine / The customers dancing or just making time". On ne pouvait pas dire mieux pour définir le groupe de Sheffield, non?


vendredi 4 janvier 2013

La psychanalyse au Congo



Les Bantous de la Capitale, c'est la réponse de Brazzaville au frémissements de la rumba congolaise de l'autre coté du fleuve, à Kinshasa. C'est aussi l'orchestre du chanteur Pamelo Mounka, une légende en son pays, dont on reparlera certainement pour ses tubes rigolos des années 80.
Mais pour l'instant on se cale en 1974 avec le super album Tcheko et le tube Tant pis pour les complexes!




mercredi 2 janvier 2013

Plagiat par anticipation : Nick Cave / James Luther Dickinson


Nouvelle rubrique à La Cellule d’Écoute en ce début d'année consacrée à la notion paradoxale de plagiat par anticipation théorisée par l'OULIPO. Pour commencer, voici la preuve évidente que James Luther Dickinson, pilier de la scène rock de Memphis, a copié Nick Cave avant la fondation des Bad Seeds. C'est en 1972, sur son album Dixie Fried, la chanson s'appelle "O How She Dances". Et c'est génialement givré.