lundi 8 février 2016

La filière turco-belge : Bariş Manço


Avec Bariş Manço, les amateurs de deep kitsch music (je réclame le copyright pour l'appelation) et de quinzième degré magnifiquement décalé trouveront un client sérieux. Des reprises d'Elvis initiales jusqu'à la variétoche nippone, en passant par les premiers twist turcs, l'aventure yéyé belge, dont un immortel duo avec Adamo, des friselis psychés puissament patchoulisés à la fin des sixties, le développement du prog anatolien, l'animateur de la télé turque et j'en passe (et en passant, je remarque qu'il a été aussi le sujet d'un des premiers numéros du magazine Strip Tease dès 1985), Bariş Manço fut un moustachu des plus éclectiques et je ne prétends pas qu'il n'y ait que des perles parfaitement régulières dans son oeuvre. Ce sont cependant quelques titres puissants que je voudrais vous faire découvrir aujourd'hui, tirés d'un album de 1976 où les sonorités de la pop turque se mêlent à un espèce de funk prog tout droit venu de l'espace où le chant des oiseaux rivalise avec les synthés et les violons.


Pour une série de pochette prouvant que Março ne se présente pas toujours comme un émule de Ringo Star, voyez ici.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire