lundi 8 avril 2024

Minimalisme extrêmiste et premiers pas du rock'n'roll en France : Jean-Baptiste Reilles alias Mac Kac (1956)

  

La France n'a pas forcément réagi au quart de tour mais il fallait bien que quelqu'un s'y colle et ce fut un batteur un peu rondouillard et barbichu, originaire de Sète qui alluma la mèche. Nous sommes en 1956 et il s'agissait d'être dans le coup quand le jazz-band s'avisa enfin de jouer rock'n'roll quelques dizaines de mois après qu'un jeune type au sex-appeal renversant ait lancé les hostilités du côté de Memphis dans la vallée du Mississippi. Jean-Baptiste Reilles, la quarantaine déjà bien avancée au compteur, saisit alors l’occasion par les cheveux et enregistre un certain nombre de faces pour l'étiquette Versailles qui postulent avec d'excellents arguments au titre de premiers disques de rock'n'roll hexagonaux, ce qui ne tournait certes pas nécessairement encore très rond dans les esgourdes du grand public et pas plus à vrai dire dans celles des esthètes amateurs de jazz. Dans cette première rafale, une ode à la dipsomanie la plus résolue se distingue par son radicalisme esthétique incroyable. La chose secoue, on vous prévient mais, sans conteste, c'est largement mieux que de se casser une patte.

Mac Kac & His French Rock'n'Roll "J'vais m'en jeter un derrière la cravate" (1956)

On peut aller voir là pour en savoir plus.





mercredi 27 mars 2024

Mort Garson (1976) : Musique électronique pour les plantes et pour ceux qui aiment les plantes

 

Dans la catégorie OVNI, celui-ci se pose là comme une fleur. Le projet est tout simple : il s'agit d'un disque pour vos plantes vertes que le compositeur précurseur de musique électronique Mort Garson a composé en 1976. Pour se le procurer, il fallait cependant être au bon endroit au bon moment puisque la galette était réservée aux acheteurs d'une plante d'intérieur dans un magasin de Los Angeles nommé Mother Earth, qui semble le commanditaire de la chose (les acheteurs d'un matelas Simmons auprès d'un point de vente Sears y eurent cependant aussi droit). La suite de morceaux s'appelle Plantasia et voici la liste des titres (entre crochets nous ajoutons le nom savant de la plante pour que vous puissiez fournir à votre plante préféré le morceau qui lui est spécialement dédié en minimisant les risques de vous tromper).

1. Plantasia

2. Symphonie pour la plante araignée [Chlorophytum comosum]

3. Blues des larmes d'ange [Soleirolia soleirolii]

4. Ode à la violette africaine [Saintpaulia]

5. Concerto For Philodendron & Pothos

6. Rhapsodie en vert

7. Swingin' Spathiphyllums

8. Vous n'êtes pas obligé de promener un bégonia

9. Ambiance douce pour adiante

10. Musique pour apaiser la plante serpent sauvage [Sansevieria trifasciata]

 

Mais, une fois n'est pas coutume, voici le disque en entier :

PS : L'album a été réédité en 2019 sur l'étiquette Sacred Bones Records. Merci à François P. pour l'improbable découverte.

 


vendredi 15 mars 2024

Accordé à l'accordéon : un petit tour dans l'histoire du piano à bretelle tyrolien

 

Aujourd'hui la Cellule plonge tête baissée dans un champ musical qui ne manquera pas de faire frémir certains : l'accordéon tyrolien. Comme on n'y connaît pas grand chose, On cale notre rétroviseur et on se laisse d'abord embarqué par un morceau qui nous a accroché l'oreille au hasard d'une compilation.

Difficile de donner des informations sur ce premier morceau. Celles qu'on trouvent sur la toile sont rares et partiellement contradictoires. Un duo d'accordéons (les frères Mikulas) joue avec un guitariste (Franz Zurst). Tous sont originaires du Tyrol. Nous sommes en 1931 ou peut-être en 1937. Le disque est sorti chez Polydor, étiquette où l'on trouve deux autres rares morceaux du trio. Le compositeur est Rudolf Strohmayer. Voilà tout. Sinon, la compilation où nous l'avons déniché ("Accordions of The World") est très recommandable, même si son livret n'est pas très bavard, on l'aura compris.

Mikulas Brüder & Zurst - Wiener Heurigen Marsch

Nous avons trouvé une version récente par un ensemble du genre folklorique tout à fait classique.

Jagawirtmusi  -Wiener Heurigen Marsch (2021)

 

Et puis pour changer, voici un autre groupe de musique tyrolienne beaucoup moins à cheval sur les conventions. Le folklore est ici secoué avec une autre énergie et le morceau est devenu un temps, à la maison, l'hymne national d'Amélie (deux ans). On vous aura prévenu.

 Attwenger "He-U" (1991)

 


 



dimanche 25 février 2024

Tiens, un pur tube soul de 2023 : Eli 'Paperboy' Reed.

 

Il n'y en a pas tant que ça alors ç'eût été bête de le louper. Heureusement, la Cellule veille!

Eli 'Paperboy' Reed "IDKWYCTD (I Came To Play)" (2023)



samedi 17 février 2024

Impérial : quand Sam Cooke rencontre Little Anthony (1959)

 


Quand Little Anthony rencontre Sam Cooke en 1959 à New-York, ce sont pas tout à fait deux générations qui entrent en contact, mais presque. Jerome "Little" Anthony Gourdine, à tout juste dix-neuf piges, est le leader d'un groupe de doo-wop qui vient de changer de nom - les farceurs ("Jesters") sont devenus les Imperials tout de même plus majestueux - et qui est sur le point de se transformer en machine à tubes qui vont squatter les charts pop du début des 60's. Sam Cooke, de dix ans son aîné, est quant à lui tout en haut de l'affiche, considéré depuis longtemps comme l'un des plus grands musiciens noirs que l'Amérique ait jamais enfanté. Les puristes ont pleuré sa désertion du circuit gospel mais sa popularité est immense. La collision imprévue de l'étoile à son zénith et de la jeune pousse donne naissance à un des morceaux les plus intenses de la période (qui détonne passablement dans la discographie du petit Anthony).

Little Anthony & The Imperials - I'm Alright (1959)


 


mardi 6 février 2024

Plagiat par anticipation : une intro de Badfinger et celles des Smiths en général

 


Je sais, ce n'est pas très original pour quelqu'un de ma génération (et c'est un indice fort pour déterminer quelle est ma génération si vous ne la savez pas), mais j'ai vraiment beaucoup écouté les Smiths quand j'étais au lycée et bien sûr j'étais extrêmement impressionné par les intros du groupe. Sauf qu'aujourd'hui, je viens de découvrir que ce n'est peut-être pas Johnny Marr et les autres qui ont inventé les intros incroyables qui signent plus que quoi que ce soit d'autres le son des Smiths. On dirait bien que c'est plutôt Badfinger six ans avant que Morrissey ne rencontre Johnny Marr. Écoutez les 16 premières secondes de "Know One Knows", c'est stupéfiant (et le reste vaut aussi la peine mais pour d'autres raisons).

Badfinger "Know One Knows" (1974)


 


lundi 29 janvier 2024

Googoosh amère

 

Parce que cela fait bien trop longtemps que l'on ne s'est pas remis Googoosh, la grande chanteuse iranienne, entre les oreilles sur la Cellule, voici une déchirante chanson d'amour impossible dont l'amertume s'insinue insidieusement sous votre cage thoracique et ne vous lâche plus.

Googoosh -  ma beham nemiresim - ما بم هم نمى دسىم